Edito

Revoilà enfin le Salon de l’immobilier Charente Libre, qui s’était imposé ces dernières années comme le principal rendez-vous de ce secteur d’activité en Charente. Ce sera les 5 et 6 mars prochains à l’Espace Carat d’Angoulême. A votre disposition pendant deux jours, près d’une quarantaine de professionnels, agents immobiliers, mandataires, constructeurs, spécialistes de la rénovation, courtiers en banque, notaires ou avocats. Nouveauté, vous pourrez aussi commencer à vous projeter dans la déco, avec deux décorateurs d’intérieur et une enseigne vintage. Bref, tout ce qu’il faut pour faire gagner du temps à votre projet.

Si la situation sanitaire nous a obligés à annuler les deux dernières éditions, elle n’a pas freiné l’embellie de l’immobilier dans le département. Nombre de transactions, prix au m2, tous les signaux témoignent d’un marché dynamique. Mais contrairement aux grandes villes, il reste encore de très bonnes affaires, à condition de ne pas se perdre, entre démarches et hésitations. Avec des taux d’intérêt qui ne resteront sans doute pas aussi bas très longtemps, c’est clairement le moment de se lancer pour ceux qui souhaitent devenir propriétaires, le rêve de la plupart des familles françaises. C’est aussi le cas pour ceux qui souhaitent investir pour l’avenir, alors que la question des retraites redevient d’actualité avec la prochaine présidentielle. La Charente n’est plus éligible à la loi Pinel, mais les professionnels présents au Salon vous aideront à flairer les bons coups, avec la possibilité d’équilibrer ses remboursements avec le seul loyer d’une maison neuve, tout en se constituant un patrimoine. Le marché de la location n’a jamais été aussi tendu à Angoulême et à Cognac.

Dans l’ancien à rénover, ces deux villes historiques offrent de très belles opportunités, à travers le dispositif «Action coeur de ville» et les mesures de défiscalisation «Denormandie». Avec, en plus, la fierté de contribuer à la sauvegarde du magnifique patrimoine immobilier de nos deux villes principales.

Le contexte est d’autant plus intéressant que l’économie charentaise a parfaitement digéré la crise sanitaire et fait preuve d’un optimisme à toute épreuve, avec des entreprises qui investissent et qui recrutent. La privatisation du transport ferroviaire et les promesses de l’entreprise charentaise Le Train, avec des horaires enfin adaptés, devraient aussi permettre d’attirer de nombreux Bordelais à la recherche d’une qualité de vie. Dans ce domaine, Angoulême a fait ses preuves en trustant plusieurs places d’honneur dans le palmarès des villes où il fait bon vivre. C’est clairement le moment d’y investir!

par Armel LE NY Rédacteur en chef de Charente Libre